Le site du Normandy réhabilité dès cet été

Mercredi 1 juin 2016 — Depuis qu’il a été déserté en 2006 pour des raisons de sécurité, ce bâtiment emblématique de Genval datant du début du siècle dernier est en danger.  Un nouveau projet immobilier respectant la qualité architecturale du quartier est en cours.

 

Patrimoine incontesté de Genval

La bâtisse de style anglo-normand, et donc typique de l’architecture du début du XXe siècle, fait évidemment partie du patrimoine architectural de la commune comme une centaine d’autres bâtiments d’exception. Elle n’est pourtant pas classée au Patrimoine des Monuments et Sites.

L’ancien propriétaire, le Groupe Martin’s Hotels, s’en est séparé fin 2014

 

Le permis d’urbanisme

La SA Immobilière Le Normandie 15 a introduit en décembre 2014 un permis d’urbanisme pour démolir l’ancien hôtel existant afin d’y reconstruire 2 immeubles de 2 x 8 appartements sur cette propriété de 82 ares. Ce projet a été baptisé le projet Le Normandy et est passé en enquête publique.

Dès 2014, des problèmes d’amiante d’instabilité et de dégradation profonde ont été évoqués. Malgré cela, le permis a fait l’objet d’un avis défavorable de la part de la Commission Royale des Monuments et Sites quant à sa destruction : « Le bâtiment présente un intérêt patrimonial, son expression architecturale est caractéristique de Genval et de son histoire. Tout doit être mis en œuvre pour conserver et pérenniser ce bâtiment. »

 

Pas de projet de rénovation

Toutefois, depuis son abandon en fin 2010, aucun projet de rénovation n’a été déposé et la commune ne peut se permettre d’en assurer le coût. Elle y voit donc une réelle opportunité d’éviter que le bâtiment ne devienne un véritable chancre et que le quartier s’en voit ainsi dévalorisé.  En effet le bâtiment est actuellement dans un état de délabrement irrémédiable et il a aussi été constaté la présence dangereuse d’amiante. Dans une interview accordée en décembre 2014, Christophe Hanin, échevin de l’Urbanisme de Rixensart reconnait en effet que : « Soit on soutient le projet et on l’accepte, soit on laisse le bâtiment tel quel et dans 5 ans, c’est une vraie ruine» !

Malgré cet avis raisonnable, le comité de riverains s’est opposé au projet pendant les  enquêtes publiques. Récemment, un riverain a lancé un recours en annulation auprès du Conseil d’Etat évoquant en outre des problèmes de densité, d’urbanisme et d’abattage à l’amazonienne de 42 arbres.

 

Une révision sensée du projet

Le promoteur a ainsi revu plusieurs fois son projet et tenu compte des griefs des riverains. Avec l’aide de l’ASBL Hommes et Patrimoine, il a ainsi proposé dans un second temps (mai 2015) une architecture de style anglo-normand qui est parfaitement en phase avec le quartier.

 

Monsieur Wautot de l’asbl explique : « Le parcours des dossiers d’urbanisme, quand ils sortent de l’ordinaire, sont souvent pleins d’aléas. Celui-ci n’a pas échappé à la règle. Nous n’avions pas non plus échappé aux critiques des partisans d’une idée radicale : conserver et restaurer l’ancien bâtiment. Ce qui avait été aussi notre première perception et qui avait suscité notre opposition au projet. Mais c’était avant de prendre connaissance de l’état général du Normandy. »

 

Le promoteur s’est entouré du bureau paysagiste JNC qui a proposé un aménagement paysager du site ainsi que des mesures compensatoires à l’abatage d’arbres.

La densité a elle été revue à la baisse, le projet passant de seize à treize appartements.

Le nombre de dérogations a également diminué de 12 à 6.

La dernière version du permis a reçu le feu vert, à l’unanimité, de la CCATM et du collège communal en février dernier.

 

Et de conclure par le promoteur du projet « nous nous réjouissons de l’obtention du permis d’urbanisme qui permettra enfin la mise en œuvre d’un projet encore plus qualitatif, après de long mois de travail visant  son amélioration dans le respect de l’architecture et du cadre de vie du quartier du Lac de Genval

 

Rappel historique

Construit en 1901 tout à côté de la gare de Genval, il fut d’abord le siège administratif de la Compagnie fermière des Eaux Minérales de Genval. De 1902 à 1906, la bâtisse subit quelques transformations dont le fameux colombage anglo-normand.

En 1910, il devient l’Hôtel de Normandie. Deux ans plus tard, il est à nouveau en travaux car agrandit et son nom est anglicisé : on parle alors du Normandy Hotel.

Pendant la seconde Guerre mondiale, il subit de graves dommages mais est restauré peu après. Le toit est remis en état, le chauffage et l’électricité sont installés.

En 1949, l’Hôtel Normandy est transformé en hospice pour vétérans coloniaux. Dénommé initialement Le Gui, le home sera surtout connu sous le nom de Résidence des Vétérans Coloniaux  ou de Résidence Stanley.

Vers 1995, la bâtisse devient une maison de repos pour personnes âgées et est rebaptisée Résidence du Lac. L’agrément de l’institution est suspendu par la ministre de la Santé de la Région Wallonne en septembre 2006. Cet arrêté de fermeture a été décidé pour cause d’insalubrité et d’instabilité du bâtiment, de manquements graves aux normes de sécurité incendie et d’un inventaire amiante affolant. Depuis fin 2010, le bâtiment est totalement déserté et laissé à l’abandon.