Rapport de l’ULI : Conférence du 10 mai 2016 - Tour & Taxis - Bruxelles

Les politiciens influents de Bruxelles et d’Anvers doivent améliorer les structures de gouvernance, l’accessibilité et le développement urbain durable afin de maintenir la compétitivité de ces deux villes

Vendredi 13 mai 2016 — Un nouveau rapport de l’ULI stipule qu’afin de rester compétitives, les villes de Bruxelles et d’Anvers doivent améliorer leurs structures de gouvernance, l’accessibilité et le développement urbain durable. « Brussels and Antwerp: Pathways to a Competitive Future » évalue la compétitivité actuelle de ces villes - les villes belges les plus grandes et les plus connectées à l’échelle mondiale - et formule des recommandations pour améliorer leur compétitivité à l’échelle mondiale.

« En Belgique, la question de la compétitivité est encadrée par divers contraintes et défis dus à l’histoire du pays et à son rôle stratégique au sein de l’Europe », a déclaré Marnix Galle, PDG d’Allfin et président de l’ULI Belgique. « Afin de pouvoir prospérer dans ce contexte, les villes belges doivent adresser un vaste éventail de facteurs allant des cadres de gouvernance et des questions réglementaires à des questions moins tangibles, telles que la qualité de vie et l’intégration sociale. »

« Les investisseurs se focalisent quasiment en exclusivité sur les villes au moment d’investir dans l’immobilier et l’infrastructure », a affirmé le PDG de l’ULI Europe, Lisette van Doorn. « Ils sont particulièrement intéressés par les villes capables d’attirer et de conserver une main-d’œuvre toujours plus mobile grâce à une solide combinaison de la qualité de vie et de l’accent mis sur l’innovation. Dans ce contexte, il est important pour les villes de trouver des façons de développer et de maintenir leur position concurrentielle. Ce rapport formule des recommandations concrètes pour améliorer la compétitivité de Bruxelles et d’Anvers. »

Le rapport s’appuie sur une recherche menée par l’ULI au début de l’année 2016, incluant deux ateliers organisés à Bruxelles et Anvers avec des membres de l’ULI et d’autres dirigeants des secteurs public et privé, des interviews avec des experts urbains belges et une évaluation des deux villes en fonction de mesures reconnues en matière de performance internationale. Le rapport contient deux études de cas détaillées sur la compétitivité de chaque ville.

Le rapport évalue la compétitivité de Bruxelles et d’Anvers sur la base de quatre éléments clés : les structures de gouvernance, le climat concurrentiel, l’agglomération et l’attractivité pour les talents. Dans la catégorie du climat concurrentiel, ce cadre tient compte des risques géopolitiques, un facteur non pris en considération dans les modèles existants de la compétitivité des villes.

Selon le rapport, Bruxelles et Anvers présentent toutes les deux des avantages concurrentiels significatifs. Les points forts de Bruxelles sont la diversification de son économie, sa population active jeune et en rapide augmentation, ses excellentes correspondances de transport paneuropéennes et ses efforts pour devenir encore plus polycentrique.

Anvers possède une multitude d’avantages concurrentiels par rapport à d’autres villes portuaires européennes actuelles et historiques, y compris des groupes industriels performants, un bassin de travailleurs qualifiés, un climat de coûts et d’incitations amélioré apportant une contribution à l'économie de l'innovation, et un solide leadership.

Le rapport stipule néanmoins qu’afin de rester compétitives, Bruxelles et Anvers devront apporter plusieurs changements. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des principales recommandations du rapport :

 

Bruxelles

  • Structures de gouvernance : Bruxelles devrait opter pour des réformes de la gouvernance, faire pression en vue du partage de recettes afin de capter une plus grande partie des recettes générées par les activités commerciales et politiques, créer des mécanismes plus puissants pour réaliser des projets à long terme dans diverses municipalités et promouvoir le transport public et la croissance polycentrique.
  • Climat concurrentiel : Afin d’améliorer son climat concurrentiel, Bruxelles devrait aligner la création d’emplois sur la population en créant des emplois correspondant à des niveaux de qualifications inférieurs et moyens ; et elle devrait établir sa réputation à l’échelle nationale en communiquant activement la valeur de la ville au reste de la Belgique.
  • Attractivité pour les talents : Pour améliorer l’attractivité de la ville pour les talents, Bruxelles devrait œuvrer pour l’amélioration de son image et de son positionnement international. En outre, la ville devrait tout mettre en œuvre pour améliorer la qualité de vie pour ainsi attirer et conserver un mélange varié et international de futurs habitants.

 

Anvers

 

  • Structure de gouvernance : Anvers devrait se focaliser sur une coordination métropolitaine accrue, en adoptant une stratégie claire de croissance métropolitaine et en investissant dans les infrastructures de transport.
  • Climat concurrentiel : Afin d’améliorer son climat concurrentiel, Anvers devrait œuvrer pour la promotion de la cohésion sociale et de la vie urbaine en impliquant les citoyens plus jeunes grâce à de nouvelles infrastructures.
  • Agglomération : Anvers peut s’appuyer sur son agglomération avantageuse en encourageant les secteurs économiques à dresser leurs profils et à développer leur autonomie. 
  • Attractivité pour les talents : Anvers peut améliorer son attractivité pour les talents en promouvant son image et en améliorant le profil international de la ville dans les domaines des affaires, du tourisme et de l’innovation.

 

Pour télécharger le rapport, veuillez consulter http://europe.uli.org/report/brussels-antwerp.

 

À propos de l’Urban Land Institute
L’Urban Land Institute est une association de formation et de recherche à but non lucratif, soutenue par ses membres. Sa mission est d’offrir un leadership dans l’usage responsable du sol et dans la création et le maintien de communautés florissantes et durables à l’échelle planétaire. L’institut a été fondé en 1936 et comprend aujourd’hui plus de 38 000 membres dans le monde entier, représentant toutes les disciplines liées à l’utilisation et au développement du sol.

Pour plus d’informations, veuillez visiter europe.uli.org, nous suivre sur Twitter, ou rejoindre notre groupe LinkedIn.