Semaine de l'Energie durable 2014

Semaine de l'Energie durable 2014

Energie et communauté : une collaboration pour le développement - 27 juin 2014 - Bruxelles Autoworld, Parc du Cinquantenaire 11

Vendredi 13 juin 2014 — Cette nouvelle Semaine européenne (qui se déroulera du 23 au 27 juin prochain à Bruxelles) consacrée à l’Energie durable vise à promouvoir la production et la consommation de sources d'énergie durable auprès des citoyens, entreprises et pouvoirs publics. L’«économie de participation» constitue une nouvelle forme de notre économie, une véritable alternative aux systèmes actuellement existants. Elle correspond à un modèle théorique de système économique, destiné à fournir une alternative au capitalisme comme à l’économie planifiée. Dans ce sens, un colloque initié par Sacchi Consulting et sponsorisé par la Commission Européenne, se tiendra le vendredi 27 juin, de 10 à 14 heures, à l’Autoworld du Cinquantenaire à Bruxelles. Ces conférences sont gratuites et ouvertes au grand public et à la presse : le programme figure en pièce jointe de ce document (inscription obligatoire via www.eusew.eu).
Avec la participation de Evelyne Huytebroeck, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale pour l’Environnement, l’Energie et la Rénovation urbaine, un représentant du cabinet du Premier ministre italien Matteo Renzi, un représentant de la Commission Européenne et plusieurs représentants des exemples réussis de l’économie participative en énergie seront présents en tant qu’orateurs lors de la conférence organisée le vendredi 27 juin de 10h00 à 14h00.

A cette occasion, la Semaine européenne de l’Energie durable (EUSEW) rassemble des centaines d’organisations et de particuliers. Elle permet ainsi aux différents intervenants d’entrer directement en contact avec les citoyens et acteurs du secteur de l’énergie aux niveaux local, régional et national. Organisée par la Commission européenne, cette initiative vise à soutenir les objectifs fixés par l'Union européenne d'ici à 2020. Pratiquement, ces objectifs consistent :

  • à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 20% par rapport au niveau de 1990
  • à remplir 20% de nos besoins énergétiques sur la base de sources d'énergie renouvelable
  • à réduire la consommation d'énergie primaire de 20% en améliorant l'efficacité énergétique.

Le financement des installations de production d'énergie d'origine renouvelable n'est pas uniquement du ressort des gouvernements et entreprises privées. Il existe également des projets financés par le biais du crowdfunding (forme collective de financement qui rassemble des petits et moyens investisseurs privés), lesquels constituent un défi réel pour l’avenir. Inspiré de théoriciens-économistes comme Michael Albert et Robin Hahnel, le concept d’économie dite participative a vu le jour dans les années 80-90. Parmi ses valeurs, on retrouve l’équité, la solidarité, la diversité et l’autogestion.

Respect de notre planète et développement économique constituent deux éléments clés qui, au cours des dernières décennies ont rarement réussi à se connecter. Fort heureusement, une conscience environnementale s’est développée. Une certaine cohésion européenne permet ainsi de soutenir financièrement des projets de collectivités locales, entres autres en matière d'énergie issue de projets communautaires.

Les 5 piliers de l’économie participative :

  • Le local : la participation des citoyens est limitée à une zone locale bien définie,
  • Le privé : les projets sont menés par la partie « privée », même si le secteur public apporte sa participation via les administrations,
  • La rentabilité : l'investissement privé sous forme de « crowdfunding » devient profitable pour les investisseurs,
  • Le développement : ces projets participatifs doivent promouvoir le développement local, économique et social (ce qui signifie que le projet doit apporter quelque chose de concret pour des zones locales à développer).
  • Le respect : de la planète et des ressources naturelles, conjugué aux efforts également mis en œuvre par le secteur public.

Récemment, l’économie de participation a fait l’objet d’un relai dans deux textes législatifs, d’une part en France, d’autre part au Royaume-Uni. Pour la première fois, ils définissent et énoncent les droits des investisseurs privés.

Lié à la question spécifique de l’énergie, le « community energy » constitue l’un des premiers aboutissements relié au programme énergétique communautaire et à la promotion des énergies nouvelles et renouvelables. Et il pourrait toucher un élément stratégique : l'énergie. Face à cette réalité, si la production locale d'énergie implique la mobilité des personnes, cela représenterait une autre étape importante vers un élargissement de l’économie de participation.

Exemples réussis en matière d’économie participative.

Notez qu’un représentant de Windcentrale des Pays-Bas et d’Ecopower de la Belgique seront parmi les orateurs lors de la conférence.

ITALIE

2011 a vu l’implantation de la plus grande usine photovoltaïque à grande échelle en Europe, et ce, à Montalto di Castro. Avec une production totale de 85 MWc sur une superficie de 283 hectares, cette usine produit suffisamment d’électricité pour les 24.000 habitants de la ville. Grâce à l’énergie électrique produite 24h/24, via l'énergie solaire, cette centrale permet d’économiser l’équivalent de 78.000 tonnes de CO² chaque année. En marge de l'ampleur de cette installation, les opérateurs s'appuient sur des systèmes de suivi qui augmentent le rendement énergétique en comparaison avec d’autres méthodes exploitées par le passé.

Sur le terrain, le développement s'est déroulé en plusieurs phases. La première a été mise en œuvre en novembre 2009 (avec une capacité de 20 MW) et la dernière date de décembre 2010. Pour mener à bien ses objectifs, l'usine a été financée par un consortium de banques internationales et italiennes.

PAYS-BAS

En septembre 2013, une plateforme de crowdfunding a permis (en à peine 13 heures) de récolter 1,3 million d'euros pour seulement 1.700 donateurs néerlandais !

L’objectif était de financer une éolienne de 2 mégawatts dans l’entité de Culemborg. C’est la société Vestas Wind Systems qui a construit la turbine en 2005 ; laquelle a récemment été rachetée par Windcentrale pour la refinancer, toujours dans le cadre du crowdfunding.


La turbine a fait l’objet d’une levée de 6.648 actions, chaque action représentant une production d'électricité d'environ 500 kWh/an. Chaque turbine est définie comme une coopérative, avec un contrat distinct concernant le fabricant et la maintenance de celle-ci. Il s'agit de la 2e série de projets pour Windcentrale, qui a déjà vendu 20.000 actions à 5.200 ménages l'été dernier. Au final, cette campagne a fait l’objet d’une réaction positive de la part des citoyens.

Le but de Windcentrale est clairement d’intensifier la participation du grand public, non seulement pour financer des éoliennes, mais aussi pour obtenir un soutien plus large pour cette industrie aux Pays-Bas.

Le fondateur de Windcentrale, Reitsma Harm, pense qu’il existe encore un frein de la part du public quant à la transition vers une énergie propre, et ce, malgré une riche tradition de moulins à vent dans le pays. "Les gens pensent que les éoliennes ne produisent pas beaucoup d'électricité ou ne tournent pas assez souvent. Certains pensent même parfois qu’une éolienne coûte plus qu'’elle ne produira jamais. Et c'est complètement faux ! »

Reitsma estime qu'un des meilleurs moyens de dissiper cette désinformation est de permettre aux individus d'investir leur propre argent et ainsi évaluer les retours issus de cette production d'électricité.

«L’engouement des citoyens quant à l’adhésion à ce nouveau type d’énergie reste fondamental. Beaucoup de gens veulent contribuer à vivre dans un nouvel et meilleur environnement, voire économiser de l'argent. Or, jusqu'à présent, opter pour l’énergie verte représentait un coût important. Désormais, tout est possible».

BELGIQUE

La coopérative citoyenne d’énergies renouvelables Ecopower (Berchem) est très active sur le marché des énergies renouvelables. En 2008, l’entreprise possédait 3 éoliennes et une centrale électrique à l’huile de colza située à Eeklo, ainsi que des petites centrales hydroélectriques à Rotselaer et à Overijse. Elle participe également au projet d’une éolienne à Gistel, et à un autre grand projet d’éoliennes dans la zone portuaire de Gand (Kluizendok).

Outre la production, elle travaille à la sensibilisation du public pour l’amener vers une meilleure efficacité énergétique.

Ecopower met pour cela en avant son statut de coopérative, et partage donc l’ensemble de ses profits avec ses membres. Pour les responsables, il s’agit de toute une philosophie qui se traduit à travers son fonctionnement.

Dans un premier temps, l’entreprise cherche à rendre ses membres actifs dans leur propre approvisionnement en énergie. Les éoliennes sont installées uniquement après une large concertation avec les riverains qui ont la possibilité de devenir des coopérateurs, et donc copropriétaires de la centrale. Les responsables font également appel aux agriculteurs locaux en tant que fournisseurs. Ainsi, qui veut devenir client doit d’abord être coopérateur. La coopérative reste ouverte à tous : il suffit d’acquérir une part au prix de 250 euros. Par ailleurs, il ne débourse pas de frais d’abonnement et ne paie que pour l’énergie utilisée.

Par ailleurs, Ecopower s’investit dans l’accompagnement de ses clients. L’organisme se veut présent et fournit dans ce sens un soutien direct et accessible. Chaque coopérateur bénéficie d’ailleurs d’une voix à l’Assemblée Générale.

Dans un troisième temps, l’organisation soutient les coopérateurs qui désirent installer des panneaux photovoltaïques sur leur toit, via son projet PV-privé. Autant de manières différentes de produire de l’énergie de manière durable. Malheureusement, toutes ces formules ne représentent pas encore une capacité suffisante pour répondre aux besoins et à la demande existante. Mais, l’organisme veille constamment à ce que ses clients diminuent leur consommation d’énergie. Car message porteur s’il en est, moins ces derniers utilisent l’énergie, plus cela laisse de la place pour de nouveaux clients…

Enfin, socialement parlant, l’entreprise recherche des solutions sur mesure pour les consommateurs qui éprouvent des difficultés à payer leur facture d’énergie.

Ecopower demeure une organisation rentable même si, en tant que coopérative, son but n’est pas la maximalisation des bénéfices. L’entreprise réinvestit une grande part de ses bénéfices dans de nouveaux projets pour lesquels le rendement visé peut être légèrement inférieur à celui poursuivi par les acteurs privés sur le marché de l’énergie. Ce qui n’empêche pas les coopérateurs de pouvoir compter chaque année sur un joli rendement (autour des 6 %).

Programme de la conférence

« Economie et communauté : une collaboration pour le développement»

du vendredi 27 juin – 10h00 -> 12h30

Autoworld, Cinquantenaire, 1040 Bruxelles

Participants en tant qu’orateurs :

  • Evelyne Huytebroeck, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale pour l’Environnement, l’Energie et la Rénovation urbaine
  • Un représentant du cabinet du Premier ministre italien, Matteo Renzi
  • Un représentant de la Commission Européenne
  • Dirk Vansintjan, Président de REScoop.eu pour Ecopower cvba, Coordinateur du projet REScoop 20-20-20
  • Johan Blom, Co-Managing Director,  Wind Central
  • Marleen Mouton, Regulatory Director, PWC
  • Peter Garré, CEO Bopro, Administrateur CVBA Zonneberg et Registered Member of Breeam Communities
  • Andrea Onado, Ducati Energia, Director Electric Mobility Division
  • Alexandre Roesch, Head of Regulatory Affairs, EPIA

10h00-10h40

« Cadre législatif de l'UE et des États membres »

Cette discussion permettra d'évaluer le cadre législatif des projets de développement des collectivités locales, et ce conformément à la législation de l'UE et des États membres. Une attention particulière sera portée au processus en cours de renégociation des fonds de la politique de cohésion pour la période 2014-2020.

10h40-11h20

« Energie communautaire - success stories »

Depuis plusieurs années déjà, des partenariats entre la communauté et les énergies renouvelables ont déjà été mis en œuvre avec succès au sein de plusieurs projets de type énergies renouvelables. Des experts en la matière, cas concrets à l’appui, partageront leur expérience.

  • 11h20-11h30 : pause-café

11h30-12h10

« Perspectives de développement économique »

Discussion et analyse de données économiques, d’études et d’exemples concrets. Evaluation des avantages et inconvénients des différentes options économiques disponibles pour les projets de production d'énergie locale.

12h10-12h40

"Énergie locale et la nouvelle mobilité : comment créer une synergie ? "

Ce débat va tenter d’envisager toutes les synergies possibles, entre la production locale d'énergie et les changements intervenus en matière de mobilité. Une manière comme une autre de montrer que nouvelle mobilité et mise en œuvre d’une philosophie basée sur l’énergie communautaire est possible.

12h40-14h : lunch

Avec nos remerciements à Good Planet pour l’utilisation de la vidéo“Home”.

 

Energy and community: a partnership for development

Els Librecht Fl Consult